Un des 2 accès à ce sentier se trouve à 2.5 km de la maison ... La boucle aller-retour fait 4.6 km.

Nous partons un peu tardivement, 11h00, mais nous sommes des guerriers, et les guerriers n'ont peur de rien.

L'espace aménagé pour le parking est ombragé par des bambous démesurés et il n'a pas été difficile de trouver une place pour la voiture.

Bambous

Après 5-10 minutes de marche, nous arrivons sur les vestiges de l'habitation des jésuites de Loyola. On peut voir une succession de terrasses où étaient implantées la maison de maître, la chapelle, la cuisine, l'hôpital ... On devine l'emplacement du cimetière. Site merveilleusement restauré. La poursuite du sentier se fait aisément tout en admirant un énorme fromager, le vol majestueux de quelques papillons, 

Papillon

un point de vue sur la baie de Rémire d'où on voit l'Ilet la Mère. Le sentier descend doucement vers la route des plages, ce qui permet, pour certains, de se faire récupérer à cet endroit afin de ne pas revenir sur leurs pas.

Pour nous, le retour nous permet de voir certaines étrangetés de la nature que nous n'avions pas remarqué à l'aller et d'avoir un point de vue du site archéologique Loyola totalement différent.

Les fameux guerriers partis à 11h00 de chez eux et de retour à leur voiture à 14h20 auraient dû penser à :

- se tartiner de crème solaire ;

- prévoir une réserve d'eau fraiche dans la voiture pour le retour ;

- penser que le soleil tourne et que l'ombre de 11h10 n'était plus là ... il fait chaud dans une voiture exposée au soleil guyanais !

Faites ce que l'on dit, mais surtout pas ce que l'on fait.

PHOTOS


 

Un peu d'histoire : En Guyane, la présence de religieux remonte aux débuts de la colonisation française. L’essentiel du service religieux a été assuré par les jésuites qui avaient pour principal objectif d’apporter la religion catholique au monde entier. Pour financer leur entreprise d’évangélisation, ils avaient besoin de revenus réguliers et importants. Ils deviendront ainsi de grands propriétaires terriens et se sentiront justifiés de recourir à l’esclavage. Les jésuites ont démontré une grande maîtrise de l’économie coloniale, assurant ainsi leur suprématie dans ce domaine. À la veille de leur expulsion, les jésuites étaient à la tête de cinq grandes habitations couvrant plusieurs milliers d’hectares dont Loyola à Rémire. Pour les mettre en valeur, ils avaient recours à plus de 1 000 esclaves, soit le cinquième de la population servile de la colonie. 

Le site archéologique de Loyola est un témoin remarquable de la plus grande habitation esclavagiste de Guyane. Occupé de 1668 à 1769, les traces de la présence jésuite ont été protégées par une forêt envahissante après l’abandon des lieux. Depuis 1994, les archéologues en dégagent et étudient les vestiges, mais une grande partie du site reste encore à découvrir.

 


 

Sources : Site archéologique LoyolaGuyane Amazonie